• Par:
  • Année:
  • Durée:
  • Origine:
Mostra de Venise 2018

75e Mostra de Venise : la sélection du Grill (1)

Partie 1 : La compétition

Vous ne rêvez pas, l’équipe du Grill va poser son barbecue magique sur le parvis d’un autre grand festival de cinéma européen. Après Cannes, c’est Venise qui a décidé de nous ouvrir ses portes. Il faut dire que la sélection de cette année est somptueuse. D’ailleurs, Willard a décidé de vider son Livret A et de bosser 10 heures par jour son anglais et son italien pour pouvoir vous faire partager avec lui cette magnifique aventure. En attendant l’ouverture du festival, le 29 août prochain, on a décidé de vous faire partager notre sélection des 12 films de la compétition qui, selon nous, risquent de marquer cette 75ème édition de la Mostra de Venise.

On traitera la hors-compétition et les sélections parallèles dans un autre article.

Les films de la compétition que l’on attend le plus :

« First Man » de Damien Chazelle

Pourquoi on ira le voir :

  • Le premier film hollywoodien de Damien Chazelle. Ce réalisateur nous a déjà mis de sacrées claques avec « Whiplash » et « La la land ».
  • Le scénario est écrit par Josh Singer (« Spotlight », « Pentagon Papers »), on aurait pu tomber sur pire.
  • Les premières images laissent présager une performance XXL de Ryan Gosling dans le rôle de Neil Amstrong.

« The Favourite » de Yourgos Lanthimos

  • Un film en costumes sur un triangle amoureux lesbien mis en scène par l’un des réalisateurs les plus tarés de la planète ciné.
  • On a hâte de voir Emma Stone sortir de sa zone de confort.
  • La bande annonce ne laisse présager que du bon.

« The Ballad of Buster Scruggs » de Joel et Ethan Coen

  • Les frères Coen. Est-ce que j’ai besoin de détailler plus ?
  • Gros film choral où vont s’entrecroiser 6 histoires ayant pour thème l’Ouest sauvage.
  • À la base, ça devait être une minisérie pour Netflix puis le projet s’est transformé en un long métrage de deux heures quinze. On est aussi curieux que craintif.

« Sunset » de László Nemes

  • « Le Fils de Saul » fut l’une de nos claques ciné de l’année 2015.
  • Laszlo Nemes semble reprendre le dispositif de son précédent film pour raconter la descente aux enfers d’une jeune bourgeoise dans le Budapest des années 1910.
  • La bande annonce donne sacrement envie.

« Les Frères Sisters » de Jacques Audiard

  • Le premier film en langue anglaise de Jacques Audiard qui se paye pour l’occasion l’un des plus beaux castings de l’année.
  • Le roman est incroyable et les premiers retours de la presse française sont dithyrambiques.

« Roma » d’Alfonso Cuarón

  • Le retour d’Alfonso Cuarón à un cinéma plus intimiste.
  • Une chronique de vie sur un an racontant le quotidien tumultueux d’une famille de la classe moyenne à Mexico au début des années 1970.
  • À la base, il devait se retrouver en compétition à Cannes mais c’était avant que Netflix n’achète les droits de diffusion et ne retire ses films de la sélection officielle. Selon les rumeurs, Thierry Fremaux ne s’en serait toujours pas remis.

« Peterloo » de Mike Leigh

  • Mike Leigh est un des plus grands réalisateurs britanniques en activité.
  • Un biopic de 2 heures 35 sur l’un des événements les plus sombres de l’histoire Britannique.
  • La direction artistique a l’air léchée et on fait confiance au talent de directeur d’acteurs du réalisateur britannique.

On est curieux :

« 22 July » de Paul Greengrass

  • Netflix a donné carte blanche à Paul Greengrass pour qu’il raconte sa version des attentats d’Utoya.
  • Le casting est composé essentiellement d’acteurs scandinaves et le film devrait être en norvégien.
  • Bon, on prie fort pour que ce ne soit pas un « Vol 93 » bis en Norvège.

« The Nightingale » de Jennifer Kent

  • Jennifer Kent est la réalisatrice de « Mister Babadook », l’un des meilleurs films d’horreur de ses dernières années.
  • Ici pas de Croque-mitaine mais une jeune femme qui va engager un chasseur de primes afin de traquer les assassins de sa famille.
  • Alberto Barberra, le directeur du festival, a un sacré talent pour sélectionner de bons films de genre donc s’il se retrouve en compétition pour le lion d’or, c’est tout sauf un heureux hasard.

« Frères Ennemis » de David Oelhoffen

  • David Oelhoffen est le scénariste de « l’affaire SK1 » mais aussi le réalisateur de « Loin des hommes » qui avait séduit Alcide.
  • De loin, ça a l’air d’être un polar sur deux anciens amis qui vont devoir s’affronter par la force des choses.
  • On l’attend surtout pour le duel Reda Kateb/ Matthias Schoenaerts.

« Killing » de Shinya Tsukamoto

  • Le réalisateur du cultissime « Tetsuo » se lance dans le film de sabre.
  • On sait juste qu’il dure 80 minutes générique compris et qu’il sera projeté en fin de festival.
  • Connaissant l’univers du réalisateur, « Killing » risque d’être sacrement barré.

« Vox Lux » de Brady Corbet

  • Deuxième long métrage de Brady Corbet après le fascinant mais imparfait « l’enfance d’un chef » (malheureusement difficilement trouvable en France ).
  • Il se présente comme un film musical où l’on suit l’ascension sur quinze ans d’une star de la pop incarnée par Natalie Portman
  • Les photos prises sur le tournage nous intriguent et la B.O est signée Sia.

On ne parlera pas du remake de Suspiria car le projet nous fait extrêmement peur mais si on a l’occasion, on ira le voir.

23 août 2018
Willard