• Par:
  • Année:
  • Durée:
  • Origine:
Mostra de Venise 2018

75e mostra de Venise : la sélection du Grill (2)

Partie 2 : La hors compétition et les sélections parallèles

Après avoir passé au crible certains films en lice pour le lion d’or, on va aborder le cas de la hors compétition et des sélections parallèles. Si la compétition est sur le papier de grande qualité, les autres sélections ne sont pas en reste. Entre Laurent Laffite qui doit gérer une bande d’ados inquiétants, le duo Vince Vaughn/Mel Gibson qui s’amuse avec leurs guns, un garde forestier russe qui s’identifie à un guerrier sibérien légendaire, un Bouli Lanners entouré d’enfants ou encore un délire expérimental concocté par une ancienne pop star finlandaise, on devrait en prendre plein les mirettes.

La Hors compétition

L’heure de la sortie de Sebastian Marnier

Pourquoi on est chaud :

  • Deuxième long métrage de Sebastian Marnier qui avait signé le très efficace « Irréprochable ».
  • Le film a été aussi sélectionné à l’étrange festival, un bon point.
  • De loin, on dirait un remake écolo du « Village des damnées » mais on y croit.

Dragged Across Concrete de S. Craig Zahler

  • Vince Vaughn et Mel Gibson devant la caméra du réalisateur de « Bone Tomahawk » et « Section 99 ».
  • Le film raconte la descente aux enfers de deux anciens policiers qui vont choisir de basculer dans l’autre camp.
  • « Bone Tomahawk » avait 20 minutes de trop, « section 99 » dix et « Dragged Across Concrete » dure 2h40, on a peur de quelques longueurs.

Ying ( Shadow) de Zhang Yimou

  • Zhang Yimou renoue avec le film de sabre après les excellents « Hero » et « Le secret des poignards Volants ».
  • L’affiche et la bande annonce laissent présager un film visuellement sublime.

Orizzonti

Charlie Says de Mary Harron

  • Un film sur la vie du tueur Charles Manson par la réalisatrice d’« American Psycho », je signe où ?
  • L’ancien docteur Who, Math Smith, en Charles Branson, je signe où ?
  • Mais, dites-moi, où je dois signer ? !!!!!

The man who surprised everyone de Natalya Merkulova et Alexei Chupov

  • Un gare forestier russe se découvre atteint d’un cancer en phase terminale et décide de revêtir l’identité d’un héros légendaire de Sibérie afin d’aller botter le cul aux braconniers qui sévissent dans la Taïga.
  • Le pitch est dingue, reste à savoir si le film sera aussi surprenant.

Tel Aviv, on fire de Sameh Zoabi

  • Un scénariste de Soap Opera se sert des idées d’un colonel de l’armée Israélienne pour booster la fin de sa série et accéder à la gloire.
  • De loin, ça sent la « Dramedie » avec une réflexion bien sentie sur la société israélienne.
  • Allez, on y croit fort.

 

Giornate degli Autori

Ville Neuve de Félix Dufour-Laperrière

  • Un film d’animation québécois sur l’histoire d’un couple qui cherche à se reconstruire sur fond de référendum pour l’indépendance du Québec.
  • « Téhéran Tabou » et « Persépolis » ont déjà prouvé que le cinéma d’animation s’accommode bien avec les sujets politiques sensibles.
  • Ça dure 76 minutes et l’animation a l’air belle donc on est curieux.

Continuer de Joachim Lafosse

  • Virgine Effira et Kacey Mottet Klein montent sur leurs plus beaux dadas afin régler de leurs problèmes familiaux lors d’un road trip à travers le Kirghizistan.
  • C’est le nouveau film de Joachim Lafosse qui nous a rarement déçu.
  • Le pitch sort de l’ordinaire donc Why not.

C’est ça l’Amour de claire burger

  • Bouli Lanners incarne un père célibataire qui voit ses filles s’éloigner progressivement de lui.
  • Le pitch sent le drame français chiant mais on vous a déjà dit qu’on aimait beaucoup Bouli Lanners.
  • En vrai, c’est le premier film en solo de Claire Burger, l’une des trois réalisateurs derrière Party Girl, donc on est curieux.

Mafak – Screwdriver de Bassam Jarbawi

  • Un ancien détenu qui tente de se réinsérer dans la société palestienne est pris de violentes hallucinations qui l’empêchent de distinguer la réalité de l’illusion.
  • Le pitch nous intrigue mais comme il s’agit d’un premier long métrage d’un auteur qui nous est inconnu, on ne sait pas à quoi s’attendre.
  • On espère un bon film de genre.

Semaine de la critique

Bêtes Blondes de Alexia Walther et Maxime Matray

  • Une ancienne vedette de sitcom alcoolique rencontre un jeune militaire transportant dans son sac la tête d’un beau jeune homme.
  • Produit par Eche Films, la société de production derrière les derniers films de Bertrand Mandico.
  • On y sera day one.

Dachra de Abdelhamid Bouchnak

  • Premier long métrage d’Abdelhamid Bouchnak qui avait fait sensation dans divers festivals avec son court-métrage « le bonbon ».
  • Trois amis qui enquêtent sur un meurtre vieux de 25 ans se retrouvent coincés dans un village perdu au milieu de la forêt.
  • L’un des rares films d’horreur qui sera projeté durant cette 75e Mostra de Venise et on ne le ratera pas sous aucun prétexte.

M de Anna Eriksson

  • Premier film de la pop star finlandaise Anna Eriksson qui a choisi pour l’occasion d’explorer la frontière ténue entre sexe et mort au travers de la figure iconique de Marilyn Monroe.
  • On ne va pas se mentir, on part dans de l’expérimental pur et dur.
  • Anna Eriksson a multiplié les casquettes sur ce projet (actrice principale, scénariste, productrice, réalisatrice), on a un peu peur du délire égocentré.

27 août 2018
Willard