• Par: Matteo Garrone
  • Année: 2018
  • Durée: 102 min
  • Origine: Italy, France
  • 7.8
Festival de Cannes 2018
Le Grill a aimé
Sorties Cinéma

Dogman

Marcello, toiletteur pour chiens, voit revenir de prison son ami Simoncino. Ce dernier, accro à la cocaïne, retrouve ses anciens démons et brutalise le quartier. Marcello se laissera progressivement entrainer malgré lui dans une spirale criminelle. Le film est inspiré d’un fait divers qui s’est déroulé dans une banlieue déshéritée de Rome à la fin des années 80 et qui a fait date dans l’histoire criminelle italienne de par son extrême violence. Le long-métrage possède néanmoins quelques différence avec le fait divers comme le cadre temporel (Dogman se déroule de nos jours) et le fait que le vrai toiletteur pour chien ait longuement torturé son bourreau dans la réalité.

Le réalisateur italien Matteo Garrone livre un film coup de poing sur l’escalade de la vengeance où comment un homme bienveillant et discret peut tout à coup sombrer dans la violence et l’immoralité. Habitué de Cannes, le réalisateur revient pour la quatrième fois sur la Croisette (Gomorra en 2008, Reality en 2012 et Tale Of Tales en 2015). La rencontre du comédien avec le réalisateur s’est faite par hasard dans un centre social, où d’anciens détenus répétaient une pièce de théâtre, l’acteur y était le gardien du centre et s’est rapidement intégré à la troupe suite à la mort de l’un d’entre eux. Pour l’aider à se glisser dans son personnage, l’acteur Marcello Fonte s’est rendu pendant trois mois dans un centre de toilettage pour y apprendre le métier. Il a aussi fait de la plongée pour les besoins du film. Son personnage est si humain qu’il devient très vite empathique, on se sent attaché et concerné par son destin, au point qu’on en vient presque à le pardonner pour ses actes. Sa prestation dans Dogman est telle, qu’il repartira avec le prix d’interprétation masculine.

Dogman est l’histoire d’un homme qui, dans la tentative de se racheter après une vie d’humiliations, a l’illusion de s’être libéré, et avec lui son quartier et peut-être le monde. Mais ce dernier demeure toujours inchangé, et presque indifférent. La puissance narrative du récit est remarquable. Ce n’est pas seulement un film de vengeance ou de délivrance, même si cette thématique joue un rôle important. Il ne s’agit pas non plus d’une variation sur le thème de la lutte entre le faible et le fort mais plutôt d’un film qui place le spectateur devant les conséquences des choix que nous faisons quotidiennement pour survivre. Le film en devient universel et éthique, en s’intéressant au questionnement d’un homme qui a perdu son innocence.

Dogman est un drame humain à la noirceur abyssale où Matteo Garrone ausculte le côté bestial de chacun de ses protagonistes en les poussant à l’extrême. Comme l’indique le réalisateur ; “Il y a pour Dogman, une suggestion visuelle, une image, un renversement de perspectives : celle de quelques chiens, enfermés dans une cage, qui assistent comme témoins à l’explosion de la bestialité humaine”. Ne cédant jamais au sentimentalisme, Matteo Garrone réalise un film âpre et puissant et révèle un acteur ; Marcello Fonte.

12 juillet 2018
Callahan