• Par: Scott Cooper
  • Année: 2017
  • Durée: 134 min
  • Origine: USA
  • 7.2
Le Grill a aimé

Hostiles

Etats-Unis, 1892, l’ancien héros de guerre Jospeh Blocker est contraint d’escorter le chef Cheyenne Yellow Hawk et les siens sur leurs anciennes terres tribales. Peu après, ils rencontrent Rosalee Quaid, seule survivante du massacre de sa famille par les Comanches. Le convoi s’engage alors dans une périlleuse aventure qui va le conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana. La solidarité sera de mise pour faire face à l’hostilité que ces hommes et ces femmes rencontreront.

Scott Cooper, réalisateur de Crazy Heart (2009), Les Brasiers De La Colère (2013) et de Black Mass (2015), s’attaque au western pour son quatrième long-métrage. Il façonne ici de manière singulière une histoire aux problèmes universels. Conscient des mauvais traitements infligés aux Amérindiens, le récit est un reflet sur les questions raciales et culturelles que peut subir actuellement l’Amérique. Le film met en lumière les injustices dont les Amérindiens ont été victimes. Exit les clichés traditionnellement associés au western, Cooper revisite le genre et magnifie l’Ouest Américain avec ses plans larges sur des décors somptueux, d’une beauté brute et au caractère évocateur.

Christian Bale retrouve le réalisateur après Les Brasiers De La Colère pour une deuxième collaboration. Un rôle dans lequel il excelle, son jeu est tout simplement magistral. Ce militaire meurtri par plusieurs années de guerre se voit assigné d’une mission qui va à l’encontre de ses valeurs. Il acceptera finalement l’offre au prix d’un voyage qui réveillera ses plus vieux démons. Entouré d’un casting de luxe (Rosamund Pike, toujours excellente en femme de caractère) et d’une pléiade d’acteurs de renom, Christian Bale passe de la haine au salut dans cette Amérique crépusculaire.

Le film s’intéresse énormément à la psychologie humaine où chacun des personnages a subi des événements traumatisants au cours de sa vie, chacun a été ravagé et changé à jamais. Leur périple va bousculer chacun des héros, des moments de doutes vont s’installer et vont les amener à se reconsidérer eux mêmes. L’intensité de la réflexion et des échanges en font une œuvre forte, percutante et digne des plus grands films.

Le film joue également beaucoup sur la contemplation, les regards et le silence, comme si l’ensemble formait une fatalité. La réalisation est impeccable, la bande originale de Max Richter accompagne parfaitement les instants de questionnement et de remord des personnages. Les messages délivrés au cours du périple ont une grande force de réconciliation et touchent tout autant les personnages du film que le spectateur lui-même.

Hostiles est d’une profonde humanité même s’il passe par la violence, la cruauté ou le sacrifice. Les protagonistes en ressortent tous grandis par cette expérience.

Le film de Scott Cooper est une fresque remarquable et humaniste où la rédemption et le salut sont les fils conducteurs. Un western poignant à ranger parmi les classiques du genre.

22 mars 2018
Callahan