• Par:
  • Année:
  • Durée:
  • Origine:
Mostra de Venise 2018

Le Grill à Venise

Jour 1

Après un aller-retour express la veille pour passer récupérer mon accréditation, les choses sérieuses ont commencé ce matin à Venise. Au programme pas moins de 4 films qui m’ont permis d’explorer la richesse des différentes sélections de la 75ième Mostra de Venise.

Sulla Mia Pelle de Alessio Cremonini ( Selection Orizzonti)   
Sulla Mia Pelle retrace des derniers jours de Stefano Cucchi, un jeune toxicomane retrouvé mort quelques temps après son incarcération. Le réalisateur Alessio Cremonini signe ici un film coup poing qui ne le laissera pas un spectateur insensible. Il est efficace, plutôt soigné à bien des niveaux (mise en scène, scénario, direction d’acteurs) mais je trouve qu’il manque un petit plus qui aurait pu faire sortir ce long métrage italien de l’ombre d’œuvres, comme « La mort de dante Lazarescu » ou « La belle et la meute », qui sur des thématiques similaires m’avaient beaucoup marqué. Il sortira sur Netflix le 12 septembre et je vous conseille d’y jeter un coup d’œil.

 

First Man de Damien Chazelle (Compétition officielle)

J’attendais fort le premier film hollywoodien du réalisateur de « La La land » et une chose est sûre, c’est que je n’ai pas été déçu. First Man n’est pas une hagiographie sur Neil Armstrong, bien au contraire. Damien Chazelle et son scénariste Josh Singer ont choisi de raconter la genèse de la mission Apollo 11 en mettant en exergue tous les drames humains et sacrifices qui ont jalonné la vie d’Armstrong durant la préparation de cet événement historique. Le résultat alterne habilement entre séquences visuellement spectaculaires et moments intimes d’une grande justesse. Autant vous dire que j’ai été énormément touché par le film mais aussi par la prestation saisissante de Ryan Gosling dans le rôle-titre. Seuls bémols à ce bel ouvrage, j’ai trouvé que le personnage de Claire Foy aurait pu être plus développé et que quelques (rares) séquences faisaient un peu Terrence Malick du pauvre. Pour autant, je vous le répète Damien Chazelle a encore signé un très bon film.

 

Tumbbad de Rahi Anil Barve et Adesh Prasad ( Sélection Semaine de la Critique)


Tumbbad est un curieux film fantastique indien qui raconte sur 25 ans comment un jeune homme a décidé de s’enrichir en pillant occasionnellement un temple mystique rempli de monstres. Pour vous situer l’ambiance, on est sur un mélange entre « The descent » et « Les aventures de Jack Burton ». L’histoire est intrigante mais les trop nombreuses facilités scénaristes du type « ferme-la, c’est magique » et les effets spéciaux peu convainquant l’empêchent de captiver son auditoire sur la durée. Dommage.

 

C’est ça l’amour de Claire Burger ( Sélection Venise Days)


Pour son premier film en solo, la réalisatrice Claire Burger a réussi à émouvoir la salle de Venise Days avec une belle standing ovation à la clé. Attention, « C’est ça l’amour » est un drame naturaliste français avec des qualités mais aussi quelques clichés. Pourtant, je dois avouer que j’ai été touché par ce portrait d’une famille en crise et leurs questionnements autour du sentiment amoureux. Cette réussite est imputable principalement au trio Bouli Lanners/Justine Lacroix/ Sarah Henochsberg qui portent littéralement le film sur leurs épaules.

31 août 2018
Willard