Loading...
Le Grill a aiméSorties Cinéma

Les Veuves

Women Power !

Après Hunger (2008), Shame (2011) et le très acclamé 12 Years a Slave (2014), Steve McQueen revient (enfin !) avec les Veuves. Sorti le 28 novembre sur nos écrans français et inspiré d’une série TV britannique des années 80, ce film détonnant fait du bien au paysage cinématographique de cette fin d’année 2018. L’affiche annonce déjà la couleur : en position dominante, les femmes prendront l’écran d’assaut face aux hommes relégués au second plan, rôles secondaires… et morts certaines. En effet, les premières minutes nous plongent dans une course poursuite violente entre des braqueurs et la police. Même si le leader du petit groupe de malfrats n’est autre que Liam Neeson, leur van explose sous les tirs de la police, et aucun d’eux ne survit. Il ne reste de ces voyous que des femmes endeuillées. C’est ici que le film débute.

Michelle Rodriguez (à gauche) et Elizabeth Debicki  jouent deux veuves, l’une faisant partie de la communauté latinos de Chicago, l’autre étant polonaise. L’ingéniosité du film est de montrer à l’écran ce que compose les Etats-Unis de nos jours : une population de toutes les origines.

Non seulement abattues par la mort de leurs hommes, les veuves se retrouvent acculées des méfaits de leurs maris : ils ont volé des politiques véreux qui, par conséquent, les menacent. Loin de se laisser faire, Véronica (Viola Davis) l’épouse de Liam Neeson décide de regrouper les autres veuves dans le but de régler une bonne fois pour toutes les dettes de leurs conjoints et de s’offrir un nouveau départ. Et pas besoin d’être un gros bras pour s’en sortir lorsque l’ingéniosité, la malice, l’agilité et la force d’esprit sont là. Un renversement des clichés s’effectue, et les veuves qui avaient pu être maltraitées ou sous estimées par leurs époux de leur vivant, prennent le dessus sur leurs morts.

Steve McQueen a co-écrit le script avec Gillian Flynn, auteur du roman policier Gone Girl (excellemment adapté à l’écran par David Fincher en 2014). C’est probablement grâce à leur collaboration que le scénario est d’une si grande efficacité. L’écriture est riche, les personnages nombreux mais même les twists les plus alambiqués ne nous perdent pas tellement le récit se dévoile tout en finesse, sans jamais sacrifier son rythme ni son action trépidante.

La couleur s’accorde elle aussi à l’ambiance du film : le teint est net mais l’ambiance thriller est sombre.

Au-delà du film de braquage, film policier ou film d’enquête, Les Veuves est un thriller social qui se déroule dans le Chicago d’aujourd’hui. L’efficacité du film réside dans la force de ses propos sur les Etats Unis actuel. La politique de grandes villes anciennement connues comme étant « villes de gangsters » n’a pas forcément changée. Les élus et les voleurs sont dans le même panier, ils continuent de s’entretuer. La lutte des classes et ses discours politiques la concernant sont eux aussi les mêmes. L’écart entre les classes sociales se creuse et la caméra se balade entre les très beaux quartiers et ceux en difficulté parce qu’au final, ceux qui les habitent cohabitent en affaires.

Bien sûr, il faut absolument souligner la grandeur du casting et la force de ses actrices. Viola Davis mène la barque avec poigne et classe tandis que ses acolytes sont toutes aussi touchantes que justes dans leurs rôles. Les seconds rôles masculins comme celui de Colin Farrel, Brian Tyree Henry et Daniel Kaluuya en politiciens véreux sont aussi un régal. Puis, pour le détail et pas des moindre, c’est Hans Zimmer qui compose une nouvelle fois une musique haletante et suspendue. Seul hic à mon goût : une fin scabreuse. Ça passe ou ça casse, mais le spectacle est au rendez-vous.

 

Les Veuves

Points forts Points faibles
Un thriller social Juste un film de casse
Un film d'enquête Pas haletant dans son rythme, la construction de l'intrigue se fait de manière ascendante
Un film policier La partition d'Hans Zimmer la plus marquante mais la musique reste efficace
Une œuvre qui renverse les clichés Le meilleur film de cette année mais certainement l'un des plus aboutis
Rendez-vous aux Oscars / 20