Loading...
Et la tête du monsieur elle fait SPLASH ! (les films d'Horreur)Le Grill a aimé avec réserves

Life – Origine Inconnue

 

Pas si inconnue que ça.

 

Prenez du Gravity pour le cadre à peu près réaliste, de l’Alien pour le concept et certaines scènes copié-collé du deuxième et quatrième opus de la saga puis rajoutez-y plus finement un soupçon de « thriller biologique » à la Splice et des notes de films de survie avec un requin, genre The Reef, in the deep, open water, etc. Secouez, ne délayez surtout pas ! 1h43 c’est le bon format, ne pas chercher à atteindre les 2h avec un concept aussi famélique est une preuve de sage humilité. Déjà que le carton d’intro qui apparait au bout de 15 minutes montre qu’on a casé des longueurs au début, valait mieux rester sur une deuxième moitié nerveuse comme ça a été fait.

L’affiche originale jusqu’à ce que quelqu’un ait l’intelligence de la changer, quelqu’un explique à Jean-Michel marketing que ça marche pas comme ça une combinaison ? Quoique, c’est au niveau de l’accroche…

Ensuite pour la déco, pareil on va rester sur des bases solides : Ryan Reynolds fait du George Clooney dans Gravity, autrement dit du Buzz Leclair, Rebecca Ferguson qui avait créé la surprise dans le dernier Mission Impossible en jouant une femme forte au physique atypique fait sans surprise du Ripley et Jake Gyllenhaall dont j’avais tendance à dire jusque-là qu’il tournait peu mais choisissait ses films nous sort du McConaughey dans Interstellar. On ajoute même Hiroyuki Sanada qui a joué dans Sunshine de Danny Boyle pour montrer que quitte à tabler sur des valeurs sures, on le fait jusqu’au bout et Ariyon Bakare qui ne joue personne de particulier si ce n’est qu’il est paraplégique comme Dominique Pinon dans Alien 4…

Pour le poulpe de l’espace venue tentaculer nos héros, son design a le mérite d’être recherché et comme dans Alien premier du nom, la découverte des différents stades de son évolution fait le sel du film. Dommage cependant que l’on s’arrête trop vite sur ce chemin et que dévoilé complètement trop tôt, on reste un peu sur notre faim. La créature fait le boulot sans passion, encore un de ces monstres au design sans âme qui va pointer le matin à 8h, massacre quelques personnes et rentre éreinté de ce travail bien fait mais pas transcendant. Pauvre bête.

Je ne mets pas de photos de Calvin (la bestiole qui sonne comme Marvin le martien) pour pas spoiler, à la place j’ai Jake Gyllenhaall qui fait flipper.

Life n’est donc pas désagréable, c’est même sympa de retrouver les plans-séquences impossibles de Gravity où l’on colle le visage des comédiens dans une combinaison spatiale pour les faire évoluer dans un environnement de synthèse avec une caméra aérienne qui tourne autour. Je retiendrai aussi les scènes où la créature se déplace sur le vaisseau regardé avec inquiétude depuis les hublots, ça pour le coup c’est plutôt original et bien pensé.

Reste quelques taches sur ce produit 100% sans prise de risque. Ryan Reynolds d’abord où l’on sent bien qu’il avait un autre film à tourner (Hitman & Bodyguard) et la bascule sur un autre personnage principal ne se fait pas sans heurts. Ensuite le style du duo de scénaristes, Rhett Reese et Paul Wernick derrière les très geek Deadpool et Zombieland, s’efface pour pondre un Life bien lisse.

Maintenant que j’y pense, Life peut être un bon défouloir pour quiconque en a marre des photos de Thomas Pesquet.

En somme, on a un film d’horreur efficace à défaut d’être original. Qui joue sa partition quasiment sans fausse note, se permet même quelques idées de mise en scène sympa entre deux trucs piqués à Alien et se conclut sans capitaliser sur des longueurs pour arriver au sacro-saint 2h de pellicules. C’est donc correct, n’en demandez pas plus.

Par contre Ryan Reynolds sort pas une seule vanne sur le tentacle, là je suis déçu.

Life – Origine Inconnue

Points forts Points faibles
Un Alien-bis assumé Le film le plus original qui soit
Remplis de bonnes choses piquées à d'autres films Deadpool dans l'espace, malgré le pedigree des scénaristes
Un divertissement sympa plutôt bien équilibré Qu'est ce qu'il fout la Jack ? Il n'avait pas mieux à jouer ?
Intéressant pour l'évolution de sa créature Un nanar, même si le scénario lorgne dessus
Le poulpe tueur est un sadique / 20