Loading...
Le Grill a aiméMostra de Venise 2018Sorties Cinéma

Sunset

Derniers feux d’un âge d’or

Foudroyé sur place par Le fils de Saul, Grand prix du jury à Cannes puis Golden Globe et Oscar du meilleur film étranger, j’attendais Sunset avec un intérêt non feint même si je pensais naïvement que l’histoire d’une jeune moniste à la poursuite de son passé dans le Budapest de 1913 serait à tous les coups moins dure qu’une odyssée absurde et épurée dans un camp de la mort.

Perdu. Nemes c’est le réalisateur qui veut te laisser KO sur ton siège à chaque film.

Qui aurait cru que la chapellerie aussi était un sport de combat ? Si le film commence comme Rendez-vous de Lubitsch ou que les couturières rappellent Phantom Thread, il vire rapidement sur une sorte d’Alice au pays des merveilles malsain centré sur une déclinaison féminine du chapelier fou.

Notre héroïne incarnée par Juli Jakab (figurante du Fils de Saul) s’appelle Írisz , un nom à propos, c’est par ces yeux que l’on découvre la ville au crépuscule de son âge d’or, Budapest elle-même étant d’assez loin le premier personnage de Sunset. Si le cinéaste hongrois reprend parfois ses long plans séquences signatures où l’on suivait Saul de dos lors de ses déambulations hallucinées, il adopte cependant ici la démarche exactement inverse. Dans Saul seul le personnage principal n’était pas flou, reflétant le cloisonnement mental dans lequel Saul se trouvait : il refusait de voir l’horreur autour de lui; ici les fonds sont nets, baignés d’un soleil éclatant,vivants, grouillants de toute une galerie de gueules d’antan dans une reconstitution minutieuse des derniers râles de l’empire austro-hongrois. Le flou n’apparaît qu’en cas de dangers, quand Írisz ne regarde plus le décorum splendide qui l’entoure. Une garden party dans une journée claire, les éclairages à la bougie, un vieux tramways ou une fenêtre poussiéreuse déclinent le regard de fer de notre héroïne dans sa quête trouble d’une vérité, sur les autres et elle-même, dont l’issue lui glisse perpétuellement entre les doigts. La caméra transmet avec une finesse rarement égalée l’état mental de son personnage, une démarche pas loin d’un texte de poète maudit, troquant profondeur contre clarté.

Sèche, taciturne et pas vraiment fiable, Írisz Leiter fascine toutefois par sa capacité à ne jamais laisser tomber. Quant au récit volontairement nébuleux, le trio de scénariste László Neme , Clara Royer et Matthieu Taponier diront “on a mis tous les échafaudages en place puis on les a enlevés”.

En plaçant son intrigue dans le milieu sophistiqué, carrément alien aujourd’hui, de la chapellerie de luxe, Nemes amplifie d’autant les zones d’ombres de son époque. D’une épaisseur littéraire, son cinéma érudit fait rapidement penser à Dostoïevski ou Joyce dans ce récit aux accent picaresque d’observation à la loupe des puissants et leurs mœurs cruelles, des couturières aspirant à une vie meilleure, des clubs mal famés de voyous anarchistes, des rues blindées de passants. Les non-dits partout, la violence qui éclot parfois, tout ses éléments se succédant comme les bruits secs de l’aiguille des secondes séparant ce cadre de la première guerre mondiale, la nuit qui viendra inéluctablement tout engloutir.

Sunset étant peu verbeux, beaucoup de choses passent par les regards qu’Írisz jette à cette succession de barbe bleue.

Sunset ne se contente pourtant pas de fasciner par sa forme minutieuse. En convoquant des archétypes, le thème du double, une ville labyrinthe avec son ou ses minotaures, pour les lâcher dans cette bohème noire, Sunset nous laisse avec le sentiment troublé de n’avoir pas saisi tout à fait son héroïne à laquelle la caméra se colle pourtant à chaque instant. La logique des premières scènes, la quête d’Írisz aux accents presque thriller, glisse vers un type de récit plus risqué et plus ambitieux, où l’on doute de ce que l’on voit, où l’on relie les points pour tenter une image fugace des situations qui se dissolvent vingt-quatre images à la fois. Un petit côté fight-club en costume d’époque s’attache à cette histoire et à ses nombreux tiroirs, aux angles coupants, prenant un malin plaisir à ne pas révéler tous ses secrets.

Portrait cruel des dernières flammes d’un monde disparu vu à travers les tribulations désenchantées de ses fantômes, Sunset a tout du film monde. Fasciné par l’Histoire, l’individuel racontant le collectif, et surtout par l’inconscient – peut-être même plus que dans Saul – Laszlo Nemes confirme son talent dans une oeuvre uppercut d’une beauté sidérante.

Sunset

  • Est
  • N'est pas
  • Somptueux, les plans sont renversants
  • Un film d'époque tranquille, on donne par moments dans le glauque
  • Une reconstitution soignée de son époque
  • Un récit limpide, il reste ouvert à interprétation
  • Le récit trouble d'une héroïne en quête d'identité
  • Lent, même s'il prend son temps
  • Noir, dans ses thèmes traités en profondeur
  • Une redite du Fils de Saul
Poésie visuelle pour récit viscéral / 20