Loading...
Le Grill a aimé avec réservesSorties Cinéma

The Front Runner

Des bas politiques

Quelques mois seulement après un Tully couçi-couça, Jason Reitman revient avec un projet plus ambitieux : la chute de Gary Hart. Alors le papa du hit Juno a-t-il enfin réalisé quelque chose qui ne soit pas complètement éclipsé par son premier succès ? Pas du tout… mais bon, glad you tried.
The Front Runner est atteint de la maladie de “je mets tout dans le premier plan puis je me foule plus”.
Si le nom de Hart n’évoque pas grand-chose au gaulois moyen, il s’agit pourtant d’une des histoires de chaos politique les plus notables du pays du coca en bouteille de 10L. En 1988, le sénateur démocrate Hart était donné grand favori contre George Bush. Intelligent, passionné, orateur-né, sa campagne a toutefois déraillé quelques jours seulement avant les primaires démocrates suite à une série de révélations sur ses infidélités conjugales. Jason Reitman en profite pour dresser un portrait de l’époque à travers un récit choral afin (d’essayer) de capter le moment de basculement idéologique – tant du côté de la presse que du public et des politiques eux-mêmes – où une campagne est passé d’une confrontation d’idées à un déterrage frénétique de casseroles à l’insalubrité croissante.
Cette affiche m’avait tapé dans l’œil, mais elle reflète mal le film.

Orchestré par un Hugh Jackman excellent en Harp, jouant un registre sacrément étendu d’émotions (Reitman se trompe rarement sur ses rôles centraux, en même temps ils tiennent toujours ses films), ce drame voit valser une quinzaine de personnages principaux, entre les journalistes, l’équipe de Hart et sa famille. Toutefois ceux qui s’attendaient à une farce politique d’une ironie grinçante – je plaide coupable – en seront pour leurs frais, l’explosion en vol de ce favori a fait beaucoup de mal à toutes les personnes qui y ont été embarquées.
J.K. Simmons joue un mec sympa, ce qui est sacrément rare.

Au-delà de la réal en vieille pellicule sans faille mais aussi sans éclat, le style de Reitman brille dans l’écriture, en brossant une galerie de “gueules” crédibles tout en restant en surface, par manque de temps à consacrer à chacun surtout. Rien de lassant, mais rien de particulièrement nerveux dans cette histoire dont on connaît la fin avant qu’elle ne commence. Pour sa défense, son message intéressant reste suffisamment factuel et bien dosé que pour ne pas faire sermon et en se focalisant sur un événement plutôt qu’un personnage, on évite très largement une structure de biopic. 
Un peu lisse, loin de la folie d’un Silvio et encore plus éloigné de la reconstitution maniaque d’un Zodiac par exemple, The Front Runner porte un regard intéressant sur les arcanes du pouvoir mais noie dans une “pudeur de gazelle” le grain de folie qui aurait pu le rendre mémorable.

The Front Runner

Est N'est pas
Sur un événement marquant de l'histoire récente des USA Spécialement original pour le genre
Doté d'un casting solide Follement bien filmé
Une reconstitution fidèle de son époque Une satire, ni même ironique, on est dans du drame 1er degré
Un film choral proche de ses personnages Assez percutant, malgrè/à cause du sujet traité
Pour un film avec du punch, allez voir Creed II / 20