Loading...
Le Grill a aimé avec réserves

Triple 9

Quand “Heat” rencontre “Training day”

Michael Atwood, ancien membre des forces spéciales, effectue des braquages pour le compte de la mafia russe avec une équipe composée d’anciens militaires et de flics corrompus. Leur employeur Irina Vlaslov les force à faire un dernier gros coup assez périlleux dans une antenne de la sécurité intérieure. Pour empêcher la police de venir interférer dans leurs plans, l’un des membres décide de déclencher un code triple 9; pour ce faire il leur faut tuer un flic.

Triple 9 review 3

En somme, le nouveau long métrage de John Hillcoat ( réalisateur du trés bon “Des Hommes sans Loi” ) applique la même recette que “Heat”, mi film de braquage, mi polar sombre, à deux différences près. La première est que le film essaie de mixer cet univers avec celui des gangs et des flics ripoux . La seconde est qu’il lorgne plus vers le thriller choral que son illustre ainé. Sauf que de bonnes idées sur le papier ne sont jamais gage d’un résultat à la hauteur, Triple 9 en est encore un bon exemple. Le scénario ne va pas que s’inspirer de l’univers de ces deux grands classiques mais va fortement leur emprunter certains éléments narratifs. L’ensemble surprendra rarement le fan des deux longs métrages qui devinera souvent comment la scène va se terminer. En ce qui concerne son aspect choral, il est un peu raté car l’ambition de nous intéresser à 9 protagonistes durant une heure cinquante semblait bien trop grande pour son scénariste car on n’échappe pas aux personnages caricaturaux (le personnage de Kate Winslet) ou très mal développés ( celui de Gal Gadot qui mis à part afficher sa belle plastique n’a pas beaucoup de choses à jouer).

Maxresdefault 15

Malgré ces défauts majeurs, Triple 9 est loin d’être un mauvais film et la patte John Hillcoat y est pour beaucoup. Sa mise en scène, appuyée par une magnifique photographie, confère au film une atmosphère brutale, crépusculaire, viscérale et limite crasseuse. Elle nous met en tension pendant, presque, toute la durée du film, à l’image de la première scène de braquage qui est l’une des plus dingues que j’ai vu ces dernières années au cinéma. En ce qui  concerne le casting (dantesque), mis à part un exceptionnel Woody Harrison, une Kate Winslet qui s’en sort plus qu’avec les honneurs et un Casey Affleck très bon, ils font tous globalement le job sans être réellement transcendants.

Triple 9 film

Sinon,  comme vous avez pu le remarquer la photo tire beaucoup sur le rouge mais ca sert beaucoup au film.

Mais Triple 9 manque d’une véritable identité et d’un scénario plus convainquant pour dépasser son statut d’agréable polar du samedi soir. Ce qui est dommage car avec une telle idée de départ, un John Hillcoat en grande forme derrière la camera et ce casting, il y avait la place de faire beaucoup mieux.

Triple 9

  • Est
  • N'est pas
  • Doté d’une bonne idée de départ
  • Une oeuvre surprenante
  • Composé d’un excellent casting globalement crédible
  • Un film qui s’affranchit de ses références
  • Très bien mis en scène et doté d’une belle photographie
  • Sans quelques personnages caricaturaux ou fonction
  • Bien rythmé et met souvent le spectateur en tension
  • Un mauvais film mais une déception au vu des moyens déployés et des ambitions affichées
Agréable polar du samedi soir, sans plus / 20