• Par: JR, Agnès Varda
  • Année: 2017
  • Durée: 89 min
  • Origine: France
  • 8.0
Documentaires
Le Grill a aimé

Visages Villages

Partie de campagne

 

Catastrophën ! Aucun film français n’ira aux Oscars du meilleur film étranger en 2018. Le redoutable, Grave, 120 battements par minute ont été longtemps évoqué pour tous se faire balayer par l’académie. Tous ? Non, deux survivants se nichent encore dans la sélection : La passion Van Gogh pour le meilleur film d’animation et Visages Villages dans les documentaires.

Collages papier placés en extérieur, les œuvres de JR sont par essence éphémères, le film est donc un bon moyen de se familiariser avec son travail.

Agnes Varda, 89 ans, et JR, beaucoup moins, avaient le projet de tourner un truc ensemble. Au départ un simple entretien filmé, agrandi à un court-métrage quand la réalisatrice accompagna le photographe lors d’un de ses projets, des installations de photos géantes aux allures de happening, pour capturer in situ le réalisme magique du quotidien. De fil en aiguille, un film complet s’est monté entre la grande dame de la nouvelle vague qui a 60 ans de carrière qui pose devant et derrière la caméra pour suivre les projets atypiques du plasticien : prendre en photo des gens et coller le résultat en noir et blanc de 1 à 8 mètres de haut là où ça donnera un truc sympa.

Documentaire autant sur l’un que sur l’autre, le film retrace la carrière immortelle d’Agnes et les projets volontairement éphémères de JR. Le côté « deux parisiens s’extasient devant la campagne » est là mais s’efface vite devant la sincérité de ce qui est présenté. C’est presque trop facile mais ça marche. On se laisse emporter aux quatre coins de l’hexagone pour voir les projets se monter, les souvenirs remonter et le film se dérouler. Une des plus belles propositions de cinéma de 2017, déjà récompensée d’un Oscar d’honneur pour sa carrière à Agnes Varda, première femme à recevoir ce prix, qui signe l’improbable come-back d’une personnalité unique.

Le charme du duo fait beaucoup pour le charme du film. Je ne sais pas trop ce que ça va donner aux Oscars mais le documentaire a déjà ses fans dans l’hexagone.

6 janvier 2018
Alcide